Les Yeux de Louise

de Virginie Picard

Distribution

Delphine Aranéga, Edwige Bage, Margot Châron, Carole Montilly, Virginie Picard, Frédérique Poslaniec, Alice Sibille et Marie Strehaiano.

 

Mise en scène et direction musicale Martine Midoux

Assistant à la mise en scène Bastien Chrétien

Lumières Thomas Pujol

Chants création collective

 

Synopsis

C’est le printemps. La très jeune Louise quitte la ferme familiale pour travailler dans celle de cousins de ses parents. Là, elle y découvrira la vie, la beauté de la nature, la sexualité crue d’une brève rencontre et la naissance de son premier enfant…

Note d’intention de l’auteure 

 

LES YEUX DE LOUISE c’est la vie rêvée de mon arrière-grand-mère… Je ne dis pas vie de rêve! Mais vie rêvée. Cette femme ancêtre de ma famille a désormais une vie, un nom, sa vie fait écho à celle de sa descendance, par cette vie rêvée, je me comprends mieux, par jeu de domino, elle explique mes comportements passés, les résout et prend corps, devient réalité.

Chronique familiale qui reprend la filiation : on rencontre la mère et la grand-mère de Louise, sa soeur, puis ses enfants.

 La parole s’achève à la mort de Louise quand sa propre fille est au berceau, Berthe, ma grand-mère ; la parole s’élève de ce choeur de femmes qui lèvent le voile et portent jusqu’à aujourd’hui ces mots du passé. On rencontre des hommes, le (beau-) père, brave et fondateur, l’amant qui consume Louise, le mari (consolant mais insipide).

Figures masculines qui jalonnent la vie d’une femme…

                                                                                                                                                                                                                                                                        Virginie Picard

Note d’intention de la metteure en scène 

 

LES YEUX DE LOUISE est un monologue porté par huit actrices qui nous font partager les réminiscences de Louise avant que ses yeux ne se ferment alors qu’elle est encore une tout jeune femme.

Texte parlé, voix chantées des actrices a cappella en solo, en duo, en tutti, organicité des corps, des corps architecturés et le silence… Le silence du mouvement, une suspension des regards et le silence sonore sans lequel le son ne peut vivre, qui nous laisse le temps d’entendre l’écho du dire ou celui qu’il y a entre les mots.

 

Une mise en scène épurée avec très peu d’accessoires, soutenue par les lumières, est au service du texte et du jeu des actrices.

                                             

                                                                                            Martine Midoux

Coproduction 

Cie A Trois Branches / Collectif 507 / Association la Cigale / Cie La Fille du Vent  

Cie Musicarthéa / Cie Théâtre Tout Terrain

 

Partenaires

Théâtre de l’Enfumeraie, Allonnes (72) / Théâtre de l’Ecluse, Le Mans (72)

Le Centre Culturel Le Rabelais à Changé (72)

 

Crédit photo

Valérie Guesnay